-Salut Doud, on va s’échauffer avec quelques mots de présentation avant de débuter tu veux bien?

Et bien Jeff Mon CV est très chargé, donc tu as raison, nous allons faire un échauffement! Je m’appelle Jean-Edouard marie dit « Doud ». Je suis né le 08/09/78 d’un père viking normand et d’une sirène gasconne. Je parle suédois couramment, anglais pas trop mal et espagnol à la braderie (ahah). Je suis diplômé d’état dans le sport avec le CREPS et la faculté des sciences de sport de Poitiers. Je suis domicilié sur Seignosse les Bourdaines.

Je travaille actuellement comme préparateur physique et mental pour les surfeurs (ou tous autres sportifs), éducateur sportif et entraineur à « Hossegor Surf Club » en double avec Jérôme Barets et bien sur secouriste nageur sauveteur aux Bourdaines. Mes diplômes m’offrent l’opportunité d’encadrer presque  toutes les activités sportives…

Je pratique le SUP (en compét depuis 1an), le longboard, le surf, bodysurf, sauvetage côtier, escalade, cascade de glace, ski, snow, télémark, skate, roller, VTT, rando hiver comme été, Pilates, gym d’entretien…mais j’ai aussi eu la chance de découvrir le parapente, le voilier, la moto, kitesnow, etc…Et désolé pour Jérémy Salmon je ne fais pas de bodyboard. (ahah)

 

 -L’échauffement c’est ton fer de lance justement, il est donc indispensable de bien préparer ses muscles avant l’effort?

Oui l’échauffement est optimal après 15 minutes, le but est d’amener la température du corps à 38°5. Alors il y a une mise en route du système cardio-pulmonaire par un bon réveil musculaire avec des activations articulo-musculaires, afin d’éviter les blessures à froid… l’exemple parfait des surfeurs qui ont souvent des problèmes musculaires au dos pendant la session, le claquage pendant une vague, épaules douloureuses pendant des semaines, entorses des chevilles…

L’échauffement est là pour avoir une bonne ventilation pulmonaire et une meilleure utilisation de l’oxygène vers les muscles et les organes. Faire monter la température corporelle afin d’accroître le débit sanguin et optimiser l’irrigation vers les muscles. Le tout pour accélérer la vitesse des contractions musculaires qui, suite à une étude, montre que pour 1° de plus, les transmetteurs nerveux augmentent la vitesse des réactions du sportif de presque 15%…

Je propose toujours à mes élèves au travers de l’échauffement une course sur le sable, complétée d’exercices qui sont en lien direct avec la gestuel de l’activité. Amplitudes articulaires de plus en plus élevées, au niveau des hanches, des épaules, du bassin. Mon objectif est aussi de favoriser les mouvements toniques, puissants, rapides et dynamiques afin de rentrer dans l’activité. Mais surtout pas d’étirement long (+ de 20s), qui coupe toute possibilité d’être explosif et rapide.

 

 

-Toi tu travailles beaucoup avec ces fameuses planches « Indo Board », qu’est-ce qu’elles apportent de complémentaire dans la prépa physique d’un sportif ?

Enormément de choses indispensables pour éviter les blessures au niveau des articulations, enrichir les sensations, favoriser l’équilibre, développer la coordination, la dissociation et les gestes proches des manœuvres. Nous pouvons aussi y travailler un point important, qui est la répartition sur le pied avant et arrière, ou l’étalement des pressions de l’avant vers l’arrière. Tous les sportifs devraient en avoir un à disposition pour en faire un outil indispensable dans leur entraînement. Les personnes en période de rééducation peuvent aussi l’utiliser. Beaucoup de Kinésithérapeutes en posent afin de faire de nombreux exercices de proprioceptions.

En préparation physique, j’utilise du matériel léger et facile à transporter. Les plus important pour un travail annuel ou sur les lieux de compétitions sont l’Indo-board, le Swissball, les élastiques afin de travailler le gainage, la proprioception et le renforcement musculaire des muscles profonds. Pour la filière aérobie je propose souvent le vélo, le paddleboard, les ergomètres à bras ou jambes, le roller.

Mais au travers de tout cela, l’Indo-board reste un outil ludique pratique et facile à transporter. C’est aujourd’hui pour moi le meilleur moyen de travailler les muscles profonds, dont nous avons tendance à négliger au profit des muscles superficiels. Nous pouvons inventer toutes sortes de postures, mais il est important de respecter les principes de la respiration du Pilates pour protéger son dos.  Les exercices doivent rester dans une dynamique de gainage actif, proche gestuellement de l’activité. Je pourrais tout aussi bien l’utiliser pour un golfeur, un skieur, un nageur, l’imagination reste le meilleur allié de créativité.

L’intérêt avec l’Indo-board est de retrouver les sensations que nous avons sur une planche. Les gens ont souvent des difficultés à jouer avec leur centre de gravité, ou confondent abaisser les épaules et abaisser le bassin entre les pieds. L’idée est de conserver l’attitude de base du surfeur, de transmettre cela depuis la vague vers l’Indo-board, exécuter des mouvements proche de la réalité et enfin de les répéter pour favoriser l’assimilation les sensations.

Je favorise toutes formes d’exercices de proprioception, d’équilibre, et de gainage. La souplesse extrême de certains athlètes prouve que ce n’est pas seulement une qualité physique mais aussi, un atout essentiel dans la gestuelle des manœuvres. La souplesse est une alliée de résistance aux impacts et chocs subit dans les chutes, les remous et agitation d’une grosse vague.  Je propose souvent aux surfeurs de faire du yoga, du Pilates, de la natation ou de la lutte.

 

-Parmi tous les sports que tu pratiques, parlons un peu du Stand Up Paddle, qu’est-ce qui t’attires dans cette discipline ?

Pourquoi le SUP…et bien écoute, je surfe depuis l’âge de 13 ans sur les plages du sud-ouest. J’ai longtemps cherché mon activité au travers du shortboard, du longboard ou du bodysurf.  Ma passion a toujours été de rester au contact de l’océan. Surtout le jour où j’ai croisé le regard de mon cousin Christophe Ladagnous dans les vagues avec sa planche (fluo… j’avais 9 ans). Je remercie aussi mes parents de m’avoir fait découvrir les vagues avant même de savoir marcher.

Voilà que depuis un an le stand up paddle est devenu une révélation pour moi. Je l’ai découvert dans un premier temps dans les magazines puis dans les vagues de Seignosse par le prêt de matériel de Gérard Dabbadi. Vite conquis et tombé dingue des sensations que cela procure au take off, je n’ai pas hésité à m’investir pour avancer techniquement avec une planche de David Latastère. J’aime aussi le SUP pour voir les dorades sous mes pieds au larges de Capbreton…(ahah) non sérieusement, quand la mouche te pique en SUP c’est très dure de revenir sur le ventre. Les sensations avec l’appui de la pagaie dans les turns sur les rollers sont tellement fortes et agréables.

 

 

-As-tu des objectifs bien précis pour 2012 ?

Pour 2012 ? Ooh que oui j’ai des objectifs. Après une très grosse blessure au dos et à l’épaule en janvier dans des vagues plus fortes que moi, je compte bien m’exprimer et aller loin dans le classement pour la coupe de France 2012 avec ma planche AVP 8’7 par 27 sur 4. Suite à un automne acharné sur le spot de la Nord, quelques partenaires (PROTEST, AVP, DAKINE ET ONEEVENT) on choisi de m’aider  pour poursuivre l’aventure. J’espère tout de même trouver une solution pour mes planches. Car les vagues de Seignosse et Hossegor ne font pas de cadeaux quand la houle est consistante… ma dernière planche repose en paix maintenant au fond de la nord et cela coûte très chère. J’espère juste ne pas cas… la nouvelle au milieu de la saison.

Pour la préparation physique je ne cache pas que je souhaiterai toucher plus de surfeurs. Mais aussi des gens de tout horizon sportif « golf, skate, bodyboard, nageur, coureur,…). L’entraînement passe par la confiance en son coach sportif. La saison de surf commence, les jeunes arrivent avec beaucoup de motivation vers moi et de nombreuses questions.

Je compte également m’investir avec un local où accueillir les gens qui souhaitent avancer, avec un coach personnel, sur des demandes spécifiques et techniques.  Un lieu de passage agréable et convivial pour les sportifs. Donc je ne dirais qu’une chose pour qualifier mon travail : le physique et le mental au service de la technique. Cette option de carrière m’a toujours ouvert de nouvelles portes. Elles n’ont pas fait que faciliter mon chemin depuis 3 ans, mais aujourd’hui il n’y a plus grand chose qui m’empêche de vouloir aller encore plus loin.

 

-Merci Doud, je te souhaite de longs et bons entrainements avec un maximum de réussite et bien sur je te laisse le mot de la fin !

Avant tout c’est toi que je remercie Jeff et XLMag, vos articles proposés et votre mag sont super. Je pense aussi à Jean de PROTEST, Marco de DAKINE, Davos, Roro de AVP, J.M. de ONEEVENT, Franck POSITIVEATTITUDE, toutes les personnes qui sont derrière moi et celles que j’entraîne. La famille et tous mes amis…tous !

 

Petit message pour les sportifs :

Les sportifs les plus assidus sont les plus persévérants…

Les sportifs qui s’entraînent avec volonté et sacrifices sont les plus engagés.

Les sportifs dont l’action présente pour réussir est plus importante que le résultat, ont de bons résultats.

Les sportifs sont des sportifs…

By Doud…. 😉

 

A partir de Juillet, retrouvez dans XLMag, les fiches techniques de Doud, qui détaillera rien que pour vous et chaque trimestre un type d’échauffement bien précis.

Rejoignez Doud sur Facebook et sur Youtube

Crédits photos : ©Droits réservés / ©Jeff Ruiz

 

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=6MJTLtXyS5M[/youtube]

[nggallery id=55]