De tous les fronts, sur tous les sports extrêmes, depuis plus de 10 ans Julien Chat nous régale de ses vidéos explosives aux montages méticuleusement débridés. Réussissant à être aussi méthodique qu’exalté, carré et un peu fou à la fois, le travail de Fly, comme on le surnomme, ne laisse jamais indifférent, le Soustonnais maîtrisant son sujet sur le bout des doigts. Plongées, contre-plongées, panoramiques, Slow motion, timelaps, effets spéciaux, go-pro embarquées, drones, bandes-sons soignées, vous allez vite comprendre que Julien ne laisse jamais rien au hasard et ce pour le plus grand plaisir des yeux.

Silence !….Moteur !…Action !

Clip du team FMX Rage’ N Respect

 

# 1 Salut Julien, nous débutons toujours nos itws par une brève présentation du sujet, peux-tu nous faire un rapide montage en caméra subjective stp ?

Salut Jeff, salut XLMag, je me présente, Julien Chat, j’ai passé une partie de mon enfance sur Seignosse avant de devoir malheureusement quitter la région, mais cela m’a tellement manqué que je me suis fait la promesse d’y revenir un jour. Chose faite il y a 7 ans, j’ai aujourd’hui 32 ans et suis basé dorénavant à Soustons où je me pose entre deux tournages afin de profiter de notre belle région.

# 2 Ça fait donc déjà quelques années que ton œil averti n’arrive pas à se décoller de l’œilleton de tes caméras, et l’on ne s’en plaindra pas, mais au départ d’où tiens-tu cette passion ?

Tout à commencé il y a une dizaine d’années, nous étions un petit groupe de potes à rider en motocross et à faire quelques tricks. Bien évidemment cela n’avait rien à voir avec le FMX actuel. On filmait nos sessions que je montais le soir même grâce à deux magnétoscopes VHS montés en parallèle, le tout relié à la chaîne-hifi familiale. Je lançais la musique et à coup de Record/Pause/Record je montais ainsi d’une façon approximative les vidéos de nos sessions. Par la suite, j’ai eu ma première carte d’acquisition qui permettait de numériser les vidéos, ce qui peut paraître tout à fait banal à l’heure actuelle, mais à ce moment-là, avoir la possibilité de traiter les images directement sur un ordi était juste magique. Cela m’a permit par la suite de réaliser des clips pour les riders Skate et BMX de ma ville, puis j’ai travaillé mes techniques de prises de vues pendant plusieurs années jusqu’à ce que les organisateurs d’événements et autres marques de l’industrie m’embauchent pour leur communication vidéo. Ce virus ne m’a plus jamais quitté et je me rends compte aujourd’hui que sa viralité est même exponentielle !

# 3 Aujourd’hui spécialisé dans les sports extrêmes, tu parviens à insuffler à tes clips toute l’énergie qui émane de ce genre de disciplines, je veux dire qu’on ne s’endort jamais devant une tes vidéos. J’imagine que tu es toi-même un vrai passionné à la base, prendrai-tu autant de plaisir à faire un clip sur le curling par exemple ?

Je pense qu’avant de commencer à tourner, il est important d’observer et de comprendre la discipline. Chaque sport a un rythme et une atmosphère différente. La musique comporte aussi divers rythmes pour de nombreuses ambiances et son rôle est très important dans une vidéo. Cette analyse est primordiale pour une bonne adéquation entre le son et les images afin d’avoir un clip cohérent avec l’univers de la discipline que l’on a filmé. Pour un clip de Curling ? je choisirai une petite 7e de Beethoven avec son intro calme sur le lancer du palet et de gros riffs rageurs de violons pour le fabuleux moment où ils balayent… Un défi ?   🙂

 

❝ Aujourd’hui,  tout s’est accéléré et l’on se retrouve, au quotidien, un peu noyé dans cet énorme flux de vidéos…  Julien Chat

 

L’étendue visuelle d’Adrenafilm…

# 4 Tu viens de créer ta propre boîte Adrénafilm, suis-je hors champs si je dis que c’est un véritable cut dans ta carrière, que tu as du jeté pas mal de rushes et que tu repars donc sur un véritable fondu enchaîné ?

En effet, j’ai travaillé 6 ans pour une société dans laquelle mes idées étaient plutôt bridées. Après ces dix années d’expérience, j’avais besoin de nouveaux challenges ainsi que de diversifier la nature de mes projets. J’ai donc choisi de créer « Adrenafilm » qui est pour moi réellement une nouvelle étape dans ma carrière.

# 5 Alors il y a les heures, que dis-je, les semaines passées en tournage, mais également les sempiternelles journées devant ton ordi, effets spéciaux, montage, recherche de musiques, et j’en passe. Quelle est la partie de ton travail que tu affectionnes le plus Julien ?

Il n’est pas évident de faire un choix car, au final j’aime prendre un projet en charge de A à Z. J’apprécie énormément être sur le terrain pour les rencontres que l’on y fait et les échanges humains qui sont souvent très enrichissants. Je porte un grand intérêt à la prise de vue qui est pour moi le véritable squelette du projet, car c’est le moment où l’on crée l’identité de la vidéo. Prenez deux cadreurs au même endroit avec le même sujet, chacun y apportera une vision différente. La partie post-production est également captivante. On met en forme ce qui à été réfléchi en amont, c’est assez gratifiant car on voit ses idées se transposer concrètement. Mon but est d’essayer de retranscrire le plus fidèlement possible les émotions, les difficultés, l’atmosphère… La chose la plus difficile au montage est d’arriver à prendre du recul puisque nous relisons des centaines de fois les vidéos. Il n’est pas toujours évident d’être objectif comme pourrait l’être quelqu’un qui découvre le programme pour la première fois. Peut-être sera t il possible un jour d’effacer une partie de notre mémoire vive afin de pouvoir découvrir ses propres vidéos… « Clic » Heu qui me parle ? XLMag ?? c’est quoi ca .. ??

# 6 Tournage à Barcelone en novembre dernier avec notre ami Patrick Guimez, puis plus récemment aux States pour les épisodes « SX » de Valentin Teillet, tous les 2 étant des habitués de tes prises de vues, ma question est : est-ce vraiment plus facile de diriger un pote que des inconnus ou l’inverse ?

Les moments que l’on vit sur les tournages sont souvent assez forts. Je garde souvent contact avec les personnes avec qui je travaille, certains d’entre eux sont même devenus des amis. Je pense notamment à Patrick Guimez qui m’a confié la production vidéo de son événement « Lords of Dirt » depuis plusieurs années ainsi que ses webedit persos comme le clip fait à l’occasion de ses 20 ans de carrière en BMX ou  plus récemment ce road trip autour de Barcelone dont tu fais allusion. Ces projets ont vu le jour grâce à une bonne communication et un échange de point de vue. Je reste très ouvert aux idées que les athlètes peuvent apporter car ils sont les principaux concernés et connaissent parfaitement le sujet. Ils ont aussi bien souvent un sens artistique développé qui est l’essence même du Freestyle. En conclusion, je pense que travailler avec quelqu’un que l’on connaît peut être un atout non négligeable mais dans tous les cas les athlètes pros jouent toujours le jeu avec les médias car cela fait partie de leur travail, c’est donc plutôt facile.

 

Clip du Lord Of Dirt 2013

# 7 Quelle discipline ou évènement n’as-tu pas encore mis en boîte et que rêverais-tu de couvrir ?

Un contest de Freestyle Mongolfière… des dizaines de  ballons colorés effectuant des double loops,visuellement dans le ciel ça claquerait non ? Plus sérieusement je pencherais plus vers un docu sur un athlète qui se lancerait un défi ou ayant une histoire de vie assez forte.

# 8 Moi personnellement, j’aimerai beaucoup voir un clip de surf façon Adrénafilm pour voir ce que justement tu pourrais apporter comme changements par rapport à ce qui se fait traditionnellement dans le milieu.

J’ai déjà réalisé de nombreux reportages dans le milieu du surf mais jamais de clip vidéo comme je l’ai fait dans d’autres sports extrêmes. Cela fait partie de mes projets à venir. C’est vrai que le surf a déjà une grande maturité en terme de vidéo, beaucoup de choses ont déjà été faites, ceci dit le challenge est vraiment intéressant.

Il n’est pas simple de captiver l’attention du public qui est, je pense, un peu boulimique de média de part le nombre incalculable de vidéos mis à sa disposition sur les réseaux sociaux. Il y a quelques années, nous attendions des mois comme le Graal la cassette ou le dvd de notre chère passion. Aujourd’hui, tout s’est accéléré et l’on se retrouve, au quotidien, un peu noyé dans cet énorme flux de vidéos. Le bon coté des choses, c’est que cela pousse les réalisateurs à la surenchère pour créer LA vidéo qui se démarquera des autres ce qui donne naissance à des « The Art of Flight », « Again and Again » ou encore « Into the Mind » qui utilise des techniques propre au 7e art et l’on ne s’en plaindra pas…

# 9 Quels seront tes prochains tournages, tu peux nous lâcher quelques scoops Fly ou pas ?

Je vais commencer par finir le reportage que j’ai tourné au Pérou sur l’association  « Alto Peru » qui réinsère les enfants des quartiers défavorisés de Lima par l’intermédiaire du surf, du skate et du Muay thai. J’ai également plusieurs reportages prévus pour l ‘émission « Riding Zone » où l’on retrouvera Lee Ann Curren, Pauline Ado ou encore Amandine Sanchez. Nous avons également un gros projet avec ….. ainsi que ….. que l’on retrouvera…… ah ! Désolé Jeff je suis passé dans la forêt, plus de réseau………..

# 10 Je te remercie Julien, et avant le clap de fin, je te laisse la scène finale rien que pour toi afin d’avoir le dernier mot, encore merci pour tes vidéos et à très bientôt !

J’en profite alors pour remercier toutes les personnes qui suivent mon travail et m’encouragent, en particulier mes amis, ma famille et ma compagne Ludivine. C’est un soutien énorme et cela donne des ailes. Et bravo pour la qualité de ce magasine, les photos, les textes… c’est vraiment un régal, donc longue vie à XLMag !!

 

Clip du Air Contest 2013

 

Pour ne plus louper une vidéo ADRENAFILM de Julien Chat, abonnez-vous à sa chaîne Youtube AF

Et sur sa page facebook

Sans oublier le tout nouveau site officiel www.adrenafilm.com

pour toutes demandes de renseignements ou devis personnalisés

Crédits photos : Droits réservés / ©Jeff Ruiz