Les Landes aiment la Réunion et l’inverse est également vrai, après Johanne Defay et Maxime Huscenot, c’est aujourd’hui au cas Médi Véminardi que nous nous intéressons de plus près, avec une interview vérité sans aucune langue de bois, à la Médi quoi, recueillie par notre expert en la matière, Johann Mouchel.

Salut Médi, ça surf à nouveau à la Réunion, plutôt cool comme news pour débuter non ?

Salut Johann, salut XLMag. Oui c’est vraiment top, pouvoir surfer à nouveau tranquillement sans penser aux requins, comme avant, ça fait du bien. Il y a seulement deux spots sécurisés avec filets pour le moment mais je vais pas me plaindre. En plus de ça, étant compétiteur je peux profiter du mercredi au dimanche du dispositif de Vigies mis en place par la ligue de surf qui se déplace sur les spots sans filets. Un grand merci à eux et tous ceux qui se battent depuis 4ans pour que les choses redeviennent comme elles étaient. C’est pas des faux écolos bobos de centre ville de Métropole qui vont venir nous apprendre à vivre avec la nature et nous enterrer comme ils ont essayé de le faire.

Le nose de ta planche est toujours blanc, un sponsor à l’horizon ?

Malheureusement ça fait 3 ans que niveau sponsor principal/vestimentaire c’est assez compliqué en France. Heureusement j’ai eu la chance de pouvoir en profiter un peu avant la « crise » dans le surf, donc je vais pas me plaindre et faire l’enfant gâté. Le surf c’est un sport avant tout et avec la vie que cela ma donné, me plaindre serait vraiment ingrat par rapport à d’autres personnes qui vont à l’usine ou bossent du matin au soir dans des bureaux.

Alors comment se gère le quotidien d’un pro sans sponsors, tu bosses à côté ?

Non j’essaye de m’auto-financer en passant le plus de tour possible sur chaque event ! Et puis ces 3 dernières années, même si ce n’était pas du vestimentaire, j’avais quand même d’autres sponsors. Par contre quand tu ne comptes que sur tes gains-compets pour voyager et que l’ASP met 8 mois pour te les donner, alors oui ça peut devenir compliqué parfois.

Soit disant plus d’argent dans le surf, des grands noms et peut être de futurs stars sans sponsor majeur, ça va durer ?…

Oui comme je te le disais, depuis 3-4 ans c’est vraiment compliqué dans le milieu. Les marques ont d’abord coupé leur budget marketing et maintenant on dirait que l’investissement sur un sportif ne leur plait plus autant qu’avant. Un jour ou l’autre ça va bien changer… Ce sont les surfeurs qui ont fait des marques ce qu’elles sont, et non l’inverse, donc j’espère, pour les prochaines générations, qu’elles pourront en profiter un minimum.

A coté de cela, des surfeurs moins bons mais plus « esthétiques » selon les marques, ont la belle vie…

Ça vaut surtout pour les filles ça, et là c’est vraiment ingrat, car certaines compagnies regardent en effet uniquement le physique et non le palmarès.
Après bien sûr, il y a quelques privilégiés chez les mecs aussi, mais rien à voir. Dans le WQS tu n’as pas un mec qui est là juste car il a des sponsors, tout le monde fracasse vraiment.
Après, comme dans tout sport, il y a bien quelques histoires de connexions, je te l’accorde. Mais perso, me donner un style, être quelqu’un que je ne suis pas ou lécher les bottes de mecs bien placés ça n’a jamais était mon truc. Je suis comme je suis, ça plait ou non mais je vais pas changer pour des billets, jamais de la vie !
Et puis quand tu es Réunionnais tu comprends très vite que t’es la bête noire dans le monde du surf Européen, quand tu regardes Johanne, meilleure Européenne chez les filles, sans sponsor et Maxime meilleur Européen sur le WQS, sans sponsor, tu as vite compris. Comme je le dis, il y a un moment, être Réunionnais dans le monde du surf c’est comme être Arabe en France, moi j’ai de la chance je suis les deux !

Tes projets pour cette Année ?

Ça fait presque 2 ans que mon classement WQS me permet de faire les Primes (réservés au top 100), n’ayant pas de soutien financier je vais donc me concentrer seulement sur les étapes qui sont les plus grosses, au moins jusqu’à l’US Open et puis de la je verrai si je reprends les études ou si je continue le circuit.
Mais je t’avoue que quand je vois tous les Européens, ou même juste les français qui bataillent pour arriver à rentrer dans les Primes, devoir arrêter alors que je suis dedans me laisserait un goût amer. Après je ne vais pas rechigner, j’ai seulement 24 ans et les souvenirs que j’ai grâce aux compétitions surf ou au surf tout court n’ont pas de prix !

Une reconversion possible, moniteur de surf comme tous les pros ?

Ahah, tout le monde me dit de faire ça, mais franchement ça ne me dit rien…mais alors vraiment rien !

Tu continues la boxe, possible relève de Mayweather, ahah, pourquoi l’angaise ?

Je sais pas pourquoi l’anglaise, peut-être parce que petit j’étais fan de Ali. J’ai jamais pu en faire comme je voulais, par rapport au surf il faut avoir des priorités. Mais si je raccroche, c’est sûr que je m’y mettrais à fond. Ce qui m’attire dans la boxe c’est le coté très « vrai » qu’il n’y a dans aucun autre sport.

Mot de la fin pour les Landes, ta seconde maison maintenant, qu’est ce qui fait pour toi que cette région et si bonne à vivre ?

Pour dire vrai, à la base les Landes c’était surtout parce qu’il y avait toutes les grosses compagnies de surf basées ici dans le Sud-Ouest. Car quand j’étais plus jeune j’avais du mal à venir y passer du temps, sans doute dû à la différence de culture avec la Réunion. Mais aujourd’hui, plus j’y passe du temps et plus j’adore… Géographiquement c’est juste magnifique les Landes, et les vagues peuvent êtres vraiment top ! J’adore aussi le côté calme des mois de Avril-Mai et Octobre-Novembre.

Suivez Médi Sur Facebook mediveminardi et sur Instagram @mediveminardi

Une Interview de Johann Mouchel pour XLMag Objectif Landes

Crédit photos : ©Laurent Capmas / ©Jeff Ruiz