Le streamsurf est un tout nouveau sport nautique « inventé » par Cédric Giscos, lui-même adepte de sports extrêmes. Cette pratique aura vu le jour sous le pont d’Hossegor au début du mois de janvier 2012. Comme son nom l’indique, il s’agit de glisser grâce aux courants générés par les déplacements d’eau.

C’est une discipline dans laquelle le rider est relié à une corde fixée à un obstacle naturel ou artificiel, et glisse sur un support flottant sur une eau courante. Par exemple, le streamsurfeur peut accrocher une corde à un pont et surfer grâce au courant de la marée montante.

Ce sport permet de retrouver des sensations de glisse sans avoir nécessairement besoin de conditions météorologiques particulières, telles le vent ou les vagues ou d’un engin à moteur tractant (bateau ou jet-ski). Seuls, une eau courante puissante ainsi qu’un point d’attache fixe seront indispensables à cette pratique.

Le matériel nécessaire lui, se compose d’une corde simple (type marine), d’une corde simple munie d’un tampon élastique pour favoriser la relance de la glisse, ou d’une corde entièrement élastique adaptée à cet effet.
Les supports flottants eux, sont variés et peuvent par exemple être une simple planche de surf classique, une planche de surf munie de full straps (planche de surf tracté), ou une planche de type wakeboard. Il appartient au streamsurfeur de choisir son type de support en fonction de ses envies et de ses possibilités.

Dès l’apparition du courant, le streamsurfeur qui vient de fixer sa corde, se maintient sur son support grâce au courant qui doit toujours avoir une puissance suffisante. C’est l’association entre la corde fixée et la force de l’eau courante qui fait glisser le streamsurfeur.
En fonction du support flottant choisi le rider a la possibilité de se déplacer de droite à gauche et vis versa, d’accélérer ou de ralentir sa vitesse, de faire des manœuvres inspirées du surf et du wakeboard. Le sportif peur laisser libre cours à toute son imagination pour créer toutes sortes de figures, pour allier le plaisir à la technique.

Cette activité qui permet de faire travailler musculairement beaucoup de partie du corps, peut compléter la préparation physique de nombreux sportifs comme les surfeurs, les windsurfeurs ou encore les kitesurfeurs.

Il est bien évident que pour ce type de pratique les règles élémentaires de sécurité doivent être impérativement respectées, comme la bonne connaissance du site emprunté, le port d’un gilet de sauvetage et éventuellement d’un casque de protection. Il est rappelé que pour ce genre de « sport à risque », il est indispensable d’être entouré d’une équipe formée au sauvetage aquatique.

Texte : Cédric Giscos

Crédit Photos : ©Jeff Ruiz

[nggallery id=48]