1/ Salut Marc, peux-tu te présenter pour nos fidèles lecteurs?

Salut Anthony, je m’appelle Marc Renaux, j’ai 21 ans, je suis étudiant en troisième année de licence STAPS dans le but de devenir préparateur physique dans le motocross. Je compte ensuite suivre un cursus de kinésithérapie pour appréhender de façon plus globale la préparation physique, en y ajoutant la gestion des blessures, malheureusement fréquentes dans notre sport. La semaine je suis donc en cours à Tarbes et ne reviens que le vendredi. Concilier sport et études n’est pas évident au premier abord mais je m’en sors, il est important d’avoir une porte de sortie en cas de pépin.

2/ Comment es-tu arriver au Motocross?

Grâce à mon père qui m’a fait la surprise de m’offrir un PW 80 pour mes 7 ans. Il en faisait par le passé et m’a initié très tôt, je lui dois beaucoup. Il fait énormément pour mon frère et moi-même, ne nous oblige à rien hormis à faire ce que l’on aime et être heureux. Nous avons eu la chance de pouvoir choisir de faire ce sport, un choix onéreux qu’il faut assumer en s’investissant un maximum pour que tous se passe bien. Tout doit être parfait et méticuleusement articulé. La préparation physique doit être optimale, tout doit être vérifié sur la moto pour ne laisser aucune place aux problèmes mécaniques qui peuvent être source de blessures.

3/ Tu m’as convié à cet entrainement, sur quoi les bases-tu et avec qui?

L’entraînement est basé sur un travail technique tout d’abord, quand celle-ci est acquise la vitesse d’exécution augmente. Quand elle est maitrisée nous travaillons ces gestes sur une partie spécifique du circuit puis sur une autre jusqu’à avoir fait le tour de la piste, ensuite nous faisons une série de chronos en essayant de réaliser le tour le plus rapide possible, enfin le but est de simuler la compétition en faisant le même nombre de tour ou la même durée que l’on rencontre le jour de la compétition. Tout ce travail ne s’effectue pas en même temps, il y a un thème à chaque entraînement, un objectif différent à chaque fois.

4/ Parles nous un peu de ton parcours en compétition et de tes ambitions.

J’ai fait le Minivert étant petit qui est le championnat de France réservé aux moins de 14 ans avec différentes catégories et différentes cylindrées. j’ai ainsi pu rouler avec des garçons comme Christophe Pourcel, Marvin Musquin, Nicolas Aubin, Valentin Teillet que je connais bien et qui est intégré à la structure Kawasaki Bud Racing évoluant en championnat du monde. J’ai beaucoup appris et obtenu quelques bons résultats même si faire mieux était très difficile contre de tels pilotes. J’ai effectué maintes saisons en championnat régional de ligue aquitaine avec plusieurs résultats dans les 10 premiers notamment face à des cylindrées supérieures. J’ai reporté mon attention sur le championnat régional aquitaine Ufolep il y a de cela 3 saisons, plus abordable financièrement car les épreuves sont géographiquement plus proches que celles constituant l’autre championnat. Le niveau étant sensiblement le même, le choix n’a pas été difficile à prendre. J’ai fini à 2 reprises second du championnat, je l’ai gagné en 2010, j’ai été blessé en 2011, ça aurait pu être beaucoup plus grâve sans le port de mes orthèses Défiance 3 de chez Donjoy. J’envisage à court terme de m’essayer a plusieurs épreuves du championnat de France national MX2 et à plus long terme de participer au championnat élite MX2.

5/ J’imagine que ce n’est pas facile tous les jours de se financer. Tes sponsors actuels suffisent ou tu en recherches encore?

Oui la conjoncture actuelle est loin d’être évidente, ce n’est facile pour personne, seuls ceux qui obtiennent les meilleurs résultats arrivent à obtenir de l’aide. Les sponsors qui me soutiennent actuellement sont géniaux, ils m’ont renouvelés leur confiance malgré ma saison 2011 vierge de tout résultat pour cause de blessures à répétitions. Ils me permettent de participer aux courses locales mais il est évident que pour viser plus haut, et prétendre participer a un championnat de France par exemple, de nouveaux partenaires sont indispensables. Les épreuves étant géographiquement loin il faut un budget colossal pour couvrir ne serait ce que les déplacements pour se rendre sur les épreuves, budget que nous n’avons pas aujourd’hui. La situation est d’autant plus compliquée que je ne suis pas le seul à pratiquer puisque mon jeune frère Bastien concourt dans la même catégorie que moi et donc les budgets alloués à la préparation des motos, leur entretien, est multiplié par deux. Mon frère et moi faisons partie du team BRMX qui nous permet d’évoluer sur les courses locales et de mettre nos partenaires en avant, je tiens avec cet interview à remercier pour leur soutien Le Basque Bondissant, Kustom, Donjoy, Shark, France Equipement, McDonalds Saint Vincent de Tyrosse, AXL publicités Orthez.

 

 

6/ Merci Marc pour cet interview, XLMag te souhaite bonne chance pour la suite et nous continuerons à te suivre et à donner des infos à nos lecteurs!

Merci à toute l’équipe d’ XLMag, vous faites un super boulot et merci à toi Anthony de m’avoir accordé un peu de ton temps lors de cette après-midi, à bientôt.

 

Crédit photos : ©A.Caldo

 

[nggallery id=54]