06
 
Le Surfboat, discipline spectaculaire s’il en est, toute droit venue du pays d’Oz, à l’origine conçue pour sauver des vies, cette pratique est devenue aujourd’hui un sport à part entière. Imaginez-vous à 5 sur une embarcation de 300kg, luttant  pour passer la barre à la Centrale. Vous ramez ? C’est normal ! Heureusement nous avons rencontré Olivier Legrand, membre du Sauvetage côtier d’Hossegor, et il nous raconte tout ce qu’il vous faudra savoir sur cette discipline hors du commun qui émerge doucement mais sûrement à l’horizon des sports de glisse…
 

01Salut Olivier, pendant que je réfléchis aux questions suivantes, je te laisse te présenter en quelques mots stp…

Olivier Legrand, je suis revenu à Capbreton depuis maintenant 10 ans, après avoir travaillé dans le Marketing et la communication successivement à Paris, Los Angeles, Buenos Aires puis enfin Bali. Maintenant je m’occupe de ma petite marque de Bijoux et Accessoires. Mes sports favoris sont le KiteSurf et le Surfboat au sein du Club de Sauvetage Côtier d’Hossegor. Le Kitesurf comme évolution du Windsurf pour moi, et le Surfboat parce que c’est le seul sport de glisse collectif, ce qui donne d’autres perspectives.

 

 

Le Surfboat, parle-nous en justement, une discipline peut être encore trop méconnue par chez nous.

Le Surfboat tel qu’on le connaît aujourd’hui est une invention Australienne. Il a été mis au point dans sa conception et son design au tout début du siècle dernier par les sauveteurs qui devaient intervenir depuis la côte. Depuis, le matériel de sauvetage ayant évolué grâce aux jetskis notamment, le Surfboat est devenu une véritable discipline sportive et affiliée aux fédérations de Sauvetage Côtier de chaque pays. Sport National en Australie et en Nouvelle-Zélande, aussi populaire là-bas que le rugby, il est très développé aussi en Afrique du sud.

En Europe le Surfboat a été introduit il y a une dizaine d’années pour la première fois par Philippe Domio, l’actuel président du club de Sauvetage Côtier de Bègles. Il existe maintenant plusieurs sections en France dont Bègles, Biarritz et Hossegor qui sont les plus actives. Au niveau européen, le Surfboat se développe beaucoup aussi au Royaume-Uni maintenant.

Hossegor Surfboat commence à bien se structurer. C’est maintenant une section autonome avec son indépendance financière, d’ailleurs nous sommes en recherche de sponsors pour entretenir nos 3 bateaux et faire tourner nos 4 équipages.

 

Le Surfboat étant devenu un sport à part entière, c’est en toute logique, vu ses origines, que vous avez été affilié à la fédé de sauvetage côtier, c’est bien ça ?

Exactement, le Surboat est maintenant une section du sauvetage côtier. Le sauvetage côtier est un sport à part entière avec ses compétitions, ses championnats de France et championnats du monde, qui inclut plusieurs disciplines de natation en rapport avec le sauvetage. Il y a aussi des épreuves de Kayak de mer, de Paddle version Rescue, de sprint dans le sable. Tout cela est bien physique. Le club Hossegor Sauvetage Côtier forme également au secourisme. Nombre de ces membres sont aussi secouristes sur les plages du littoral durant l’été de part leurs grandes compétences sportives. Pour preuve le club d’Hossegor vient de remporter le Championnat de France de Sauvetage Côtier en septembre dernier devant plus de soixante clubs inscrits.

Le Surboat quant à lui est un sport qui peut être très spectaculaire en fonction de la météo. En compétition, il s’agit, de s‘élancer en partant de la plage, de passer la barre, de contourner une bouée placée à 400 mètres, puis de revenir en essayant de profiter du surf pour être le premier à mettre pied-à-terre. Ce sont des engins de 300kg, poids qui double avec l’équipage… Chaud devant ! Hossegor Surfboat a décroché deux médailles aux derniers championnats de France.

 

09

 

C’est donc un sport très physique, surtout quand la houle est présente, et les chutes sont également toujours très spectaculaires, quelles sont les qualités requises pour pratiquer le surf boat ?

C’est effectivement assez physique. Il faut du souffle, de l’endurance. Mais là où c’est intéressant, c’est que c’est un sport d’équipe, le seul sport de glisse en équipe ! Et plus encore que le muscle, c’est la cohésion qui prime. Il y a une grosse notion de technique et synchronisation. Un surfboat n’ira jamais vite sans cohésion. Les phases techniques, invisibles pour le néophyte, sont très importantes. Chaque membre d’équipage à un rôle bien défini. Le barreur doit savoir lire la vague et prendre les décisions, c’est souvent un surfeur. Le premier rameur gère la technique, il donne le rythme sur lequel les autres se calent en fonction des indications du barreur, c’est aussi lui qui gère les virements de bords. Les rameurs 2 et 3 sont en général les plus costauds, ce sont eux les moteurs du Surfboat. Le 4 est un peu à part. Plus haut sur l’eau il corrige la direction, et en phase de surf, c’est lui qui fait le « singe » en se déplaçant d’avant en arrière pour corriger l’assiette du bateau. C’est aussi lui qui se prend les plus grosses gamelles lors du passage de barre à cause de l’amplitude… Pour se faire une idée il suffit de voir sur internet toutes les images et les vidéos qui circulent…

 

A quand du Surfboat dans un bon gros la Nord alors, ça te tente ?

On en rêve tous… ou presque… Pour aller à La Nord, il faut beaucoup de technique au niveau de la barre, un équipage en parfaite cohésion et quelques « Corones »… Ce n’est pas sans risque de débouler sur cette vague avec un engin des 300kg, des dames de nages en métal qui pointent vers le ciel et 4 rames et une barre qui fouettent l’air au châvirage. Ça s’organise au niveau sécu. Mais c’est au programme dès que les conditions s’y prêtent avec un équipage de volontaires, nous avons le barreur maintenant. On vous préviendra et alors là prévoyez vos appareils photos !

 

Quelles sont les prochains rdv à ne pas manquer pour découvrir votre activité en 2013 ?

Le Surfboat est de toutes les grandes manifestations du Sauvetage Côtier maintenant. Donc les compétitions régionales, nationales et internationales. A Retenir : Le 7ème Festival International les 4 et 5 Mai 2013 à Hossegor, l’Open International le 17 Aout 2013 à Hossegor, Les championnats de France à Dinard 20/22 Septembre 2013, et les prochains Championnats du Monde qui auront lieux en Septembre 2014 à Montpellier après Adélaïde en Australie en 2012. Une bonne occasion de découvrir toutes ces disciplines à deux pas de chez nous !

D’autre part vous pouvez venir à notre rencontre dès les beaux jours au club sur la plage centrale d’Hossegor, juste en dessous de la place des Landais, ou sur le lac en hiver à la plage des chênes Lièges où nous nous entrainons tous les week-ends en fonction des marées.

 

04

 

Merci Olivier de nous avoir fait découvrir cette discipline, en espérant pouvoir venir vous shooter sur Hossegor très bientôt et surtout avec du soleil, je te laisse le mot de la fin bien sûr ! 😉

Alors ça ce sera avec plaisir, tu sais combien j’aime vos photos, je me régale à chaque fois ! Viens nous faire d’aussi belles photos quand tu veux, tu feras des heureux ! Et je vous tiens au courant pour la Nord… Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le Surfboat, il est possible de nous contacter via Joël Vidoudez qui est également le Vice-président de « Hossegor Sauvetage côtier » ou moi-même par le compte facebook «Hossegor Surfboat » De toute façon on est assez visible sur le lac et l’océan avec nos deux Surfboats marqués de nos sponsors, le « Dick’s Sand Bar » et la « Brasserie de l’Océan ».

Crédits photos :

©Alain Dabbadie / ©Ann Miller / ©Olivier Legrand / ©Bertrand Pouchin / ©DR

[nggallery id=105]

 

 Le Surfboat c’est ça !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hsuIs5VlIJE[/youtube]