32

Le site principal de la Gravière utilisé que 2 petits jours sur l’ensemble de l’évènement

Alors ça y’est c’est fini, tout est déjà terminé, les filles, les jeunes, les mecs, tout !

Alors une question, que retiendra t’on de cette édition 2013 ? Puisque vous avez tous déjà vêcu la compétition au jour le jour via les réseaux sociaux, le live ou mieux sur la plage, inutile de vous barber à vous raconter une énième fois ce que vous savez déjà…

30
 
Mick Fanning a eu raison de préférer le Penon, il y remporte cette édition 2013

Alors pour aller à l’essentiel, posons le doigt sur ce qu’il restera dans nos mémoires de ce cru 2013, car sans toute fois être devenu mémorable, faute de swell épique cette année, nous saurons nous rapeller tout de même de ce Quik Pro France et voilà justement ce qu’il faudra retenir :

    • Le Roxy Pro habituellement aoûtien et Biarrot, fut déprogrammé et reporté en levé de rideau du Quik Pro et fut expédié en 2 jours chrono sur le spot du Penon. L’Australienne Sally Fitzgibbons remportera la finale devant sa compatriote Tyler Wright. Pauline Ado elle, se fera sortir en Quarts par la toute nouvelle championne du monde Carissa Moore.
    • Chez les Groms c’est l’Américain Jake Marshall qui remporte la victoire à la toute dernière minute sur l’Italien, notre ami Léonardo Fioravanti, l’autre Américain Kanoa Igarashi se classera troisième. Le King Of The Groms 2013 se jouait sur LA meilleure vague surfée, la finale a pu avoir lieu à la Gravière elle, et Jake Marshall décroche un 8.77 sur sa toute dernière vague alors que Léo dominait avec un 8.00, comme quoi les jeunes, rien n’est jamais acquis…
    • Le Quik Pro France débutera lui aussi sur le site provisoire du Penon à Seignosse, les filles ayant profité des 2 meilleurs jours de surf de la semaine, les calls et les journées off vont s’enchaîner faisant presque oublier que la compétition s’est installée sur Hossegor.

23

Ils sont fous ces Gaulois !
    • L’Australien déjanté Matt « Wilko » Wilkinson nous a présenté sa nouvelle combi complètement barrée de chez Rip curl, cette année, pas de festayre, mais bel et bien un Gaulois, avec braies et poils sur le torse, un clin d’oeil qui ne suffira pas à lui faire dépasser le Round 2.
    • Nous avons tous noté également que cette année Quiksilver nous avait envoyé un ersatz, une pâle copie, une contrefaçon, vite passez moi le dictionnaire des synonymes, un substitut, un générique de Dane Reynolds. Méconnaissable du point de vue physionomique avec une prise de poids certaine et surtout du point de vue surfistique, rapport de cause à effet, le Californien, finaliste contre Kelly l’an dernier, ne passera pas le Round 2 en 2013, nous proposant qu’un surf lourd et approximatif. Heureusment le Dane il s’en fiche, et nous aussi d’ailleurs et on continuera à être fan de la personne aussi simple que génialissime !
    • Le joli parcours de Ramzi Boukhiam, le Marocain fort d’une wild card, va dompter Jordy Smith et Matt Wilkinson justement, lors du 1er jour, ce qui le propulsera directement au Round 3 où l’attend un certain Mick Fanning…dommage !

24

Le jeune Filipe Toledo a donné du fil à retordre à pas mal de monde cette année
    • La poisse continue pour Jérémy Florès, une édition particulièrement noire pour notre Frenchy cette année, qui se blessera à la cheville quelques jours à peine avant le lancement de la compèt, s’en suivra une élimination précoce face au jeune prodige brésilien Filipe Toledo au Round 3, puis histoire d’enfoncer le clou, il perdra son grand-père le dernier jour du Quik Pro, toutes nos pensées vont vers la famille Florès…
    • Autre Français, autre histoire, et pas des moindres, vous l’attendiez même sans doute depuis le début de notre best of celle-ci, j’ai cité Marc Lacomare, et son incroyable élimination face au champion du monde en titre Joël Parkinson. Notre local armé d’une wild card va malmener l’Australien durant tout le heat du Round 2, mais les juges, oups pardon j’ai fourché, je voulais dire Joël Parkinson n’a pas dit son dernier mot. Il va tout d’abord obtenir un 8.00 pour un enchainement de carves sans niak et un petit air frileux replaqué timidement, soit ! Puis quelques minutes plus tard à 4mn de la fin et alors qu’il lui faut toujours une note au dessus de 8 pour réussir à battre Marco, Parko va réussir l’exploit de dégôter un 8.50 sur une vague qui ferme et où il ne pourra qu’envoyer que 3 de ces carves devenus aujourd’hui légendaires. Marc Lacomare lui avait pris soin de scorer backside à coup de rollers appuyés une vague précédente jusqu’au bord, mais malheureusement le 8.23 obtenu ne pourra pas rivaliser avec le champion du monde qui, ce jour là, était sous la protection des Dieux ou de quelques autres personnes. Quoiqu’il en soit l’Australien rentrera tête basse et sous les sifflets de la foule jusqu’aux paddocks, bizarre, pourquoi les gens le huent-ils ainsi ? Y-aurait’il eu quelque chose de pas clair lors de ce heat ? Non !!! Otez-moi d’un doute…

 

« Je pleure d’émotion, j’ai beaucoup pensé à Andy (Irons)... Je lui dédie cette victoire. Aujourd’hui, j’ai eu du mal à trouver mon rythme, et Gaby a tellement de talent que je devais faire attention à toutes ses tentatives. J’ai eu peur qu’il signe une grosse vague jusqu’à la fin  » Mick Fanning

 

  • On se souviendra également des changements de site, le Penon, la Gravière, le Penon…Bref du tirage de cheveux pour le directeur de compétition Miky Picon lors de cette édition 2013, car cette année comme je vous l’ai déjà dit, pas de gros swell épique en vue. Il faudra donc composer avec les marées, les courants, les bancs de sable, les prévisions aléatoires, les heures de déménagements de la logistique, les consultations obligatoires, les orages et les pluies diluviennes, bref, une broutille quoi, mais un job certainement des plus ingrats surtout ici dans les Landes où rien n’est jamais acquis et où tout bouge du jour au lendemain. Fort heureusement, le spot du Penon aura été salvateur les jours de quasi flat ailleurs et nous aurons également eu droit à un très bon mercredi 02 septembre à la Gravière qui nous a offert ce jour là quelques gros scorings, comme le seul 10 de l’épreuve par Gaby Médina ou encore le magnifique barrel à 9.73 de Michel Bourez, Michel qui remonte d’ailleurs à la 7ème place.

17

Michel Bourez se fait éliminer au R5 et remonte à la 7ème place du classement ASP
  • Un Quik pro qui a failli parler portuguais ou brésilien si vous préférez, grâce à ces 2 prodiges Filipe Toledo et Gabriel Médina. Le 1er nous mettant combo notre Jérémy Florès, éliminant le Sud-Af Jordy Smith puis privant le King Kelly d’une demi-finale, il passe aux infos et au zapping avec ses tricks aériens new generation replaqués à la perfection, il faudra un autre Brésilien pour le stopper dans sa course en demi-finale. Cet autre Brésilien c’est justement Médina, lui qui avait été jusqu’à présent assez effacé sur le circuit, sort le grand jeu dans les Landes et se retrouve à 2 doigts de remporter la finale contre Mick Fanning, Parabens !

28

Gabriel Médina a deux doigts d’une seconde victoire à Hossegor ou d’une 1ère à Seignosse, comme vous voulez
  • Mick Fanning justement, grand vainqueur de cette édition 2013, brise un record jusque là détenu par le regretté Andy Irons, le record de victoires ici à Hossegor passe de 3 à 4 avec cette finale remportée rigoureusement contre Gaby sur le spot du Penon dans des conditions assez difficiles. Le surf classique affronte la nouvelle génération aérienne et l’expérience et la puissance vont payer pour l’Australien dans les dernières minutes. Mick avait remporté les éditions 2007, 2009 et 2010 du Quik Pro France, il est actuellement 1er au classement et a pris une avance non négligeable pour la course d’un troisième titre mondial !

Rendez-vous l’an prochain, même période, même(s) spot(s) !!!

Crédits photos : ©Jeff Ruiz pour XLMag® (toute reproduction ou utilisation d’images sans mon autorisation est strictement interdite)