Alors Cap ô pas Cap de les suivre ? De suivre qui ? Et bien juste 4 jolies filles, sportives, charmantes et surtout ultra motivées, qui se sont lancées le pari complètement fou de relier le Cap Horn à l’Antartique à la rame !

Et oui rien que ça me direz-vous, mais attention, elles ne sont ni n’importe qui, ni ne font n’importe quoi, n’en déplaise à Rémi Gaillard.

Deux d’entre elles, Stéphanie Geyer-Barneix et Alexandra Lux avaient déjà réussi l’exploit en 2009 de traverser l’Atlantique Nord en paddle board, partant symboliquement de la cité de Cap Breton au Canada et rejoignant à la force des bras le port de Capbreton, chez nous, chez elles, dans les Landes.

01Notre quatuor hyper dynamique de Givrées

A l’époque Flora Manciet, collègue et amie du Capbreton Sauvetage Côtier, leur club sportif à toutes les 3, complétait le trio complètement fou de ces trois drôles de dames. Cet exploit, d’il y a maintenant 5 ans, est toujours inscrit et inégalé dans le Guinness Book des Records.

Aujourd’hui, autour de Stéphanie et Alexandra, toutes les 2 championnes du monde de sauvetage côtier, se sont greffées 2 autres filles. Tout d’abord, et histoire de rester dans le même univers, l’Espagnole Itziar Abascal, 24 ans, championne d’Europe de sauvetage côtier, et enfin Justine Dupont, 22 ans, surfeuse et longboardeuse Pro, celle qui n’a jamais froid aux yeux quand on lui propose un défi comme par exemple d’être la toute 1ère femme à surfer Belharra.

05Justine Dupont, la seule surfeuse du groupe, au goût démesuré pour l’extrême

❝ …C’était juste une expérience incroyable !… Je suis contente de participer à cette aventure. Cette première traversée nous permet maintenant d’appréhender le Cap Horn de manière plus sereine.    Justine Dupont

Une équipe de choc donc, se délectant toujours quand il s’agit de se surpasser, toutes habituées à l’océan bien sûr et bien souvent aux conditions extrêmes.

Mais le défi de Cap ô pas Cap, tout comme celui de 2009 d’ailleurs, est grand, et ne conçoit pas à la légère. Et avant de s’aventurer dans le fameux passage de Drake, zone maritime qui sépare le Cap Horn à l’Antartique, et qui connaît quasiment les pires conditions météorologiques de la planète, il faut se préparer sérieusement et surtout se tester, aussi bien mentalement que physiquement.

Pour cela, nos 4 aventurières avaient décidé d’effectuer en ce mois de juin une 1ère traversée test en reliant la Corse à Monaco, la fondation de la Princesse Charlène suivant d’ailleurs de près les tribulations de Stéphanie et Alexandra depuis leur rencontre l’été dernier sur Capbreton pour la journée « Live to Swim » basée sur les risques de la noyade et l’importance de l’apprentissage de la natation dès le plus jeune âge, le club de sauvetage côtier de Capbreton avait alors reçu son Altesse sur la Sérénissime plage du Prévent…

03L’arrivée collégiale ce matin sur le Rocher Monégasque

Bref, la Méditérranée c’est bien, mais c’est loin d’être comparable aux eaux extrêmement froides qu’elles trouveront en Antartique. Pourtant cette 1ère traversée test représente déjà quelques 300kms de rame et de relais qui vont permettre de s’évaluer, se connaître les unes les autres, de délimiter les possibilités de chacune et également de tester en situation réelle les toutes nouvelles technologies apportées dans le cadre de Cap ô pas Cap.

Projet technologique donc, mais également écologique et pédagogique aussi. Car l’objectif de ce défi est clair, il s’agit de créer une réelle prise de conscience auprès des jeunes autour de l’élément H2O. L’eau pouvant être à la fois un terrain de jeu extraordinaire, mais un élément tout aussi fragile et malheureusement de plus en plus négligé et pollué. Pour cela plus de 2000 enfants sont associé au projet Cap ô pas Cap via des actions pédagogiques, des défis sportifs et culturels tout au long de l’année et dans différentes écoles…

Cette 1ère traversée s’est donc terminée ce vendredi matin sur les coup de 10h30, comme prévu, tout s’est apparemment déroulé sans accroc majeur, quelques caprices météorologiques sont venus bousculer nos rameuses apportant une mer quelque peu agitée, mais le calme Méditérranéen est très vite revenu assainir les esprits quand à l’horizon le continent pointa enfin le bout du nez.

C’est Iztar l’Espagnole qui avait été tiré au sort 3 jours auparavant à Lucciana pour être la 1ère rameuse à se mettre à l’eau et c’est ensemble, toutes les 4 qu’elles vont accoster sur la plage de Larvotto à Monaco en ce 27 juin.

02L’arrivée officielle à 10h37 précise au Yacht Club de Monaco

La prochaine traversée test est d’ores et déjà prévu pour octobre et nos 4 super nanas prendront cette fois le chemin de la Bretagne et de sa mer déjà bien plus froide qu’au Rocher…

Egalement au mois d’août prochain aura lieu « le Défi de l’eau », un grand événement tout public dans le cadre de Cap ô pas Cap autour de la responsabilisation de tout un chacun envers l’eau et l’environnement.

06Les paris les plus fous démarrent souvent au sein d’une amitié profonde

Puis en janvier 2015, c’est le grand départ vers le Chili d’où Stéphanie, Alexandra, Itzar et Justine démarreront leur grand défi, 1500 kms de traversée cette fois dans une eau approximativement à 2°C, sans compter sur le froid ambiant, les vents violents, les icebergs, les tourbillons de haut fonds et les orques….non non, ne vous inquiétez pas, rien que je puisse dire ne saura ni déstabiliser ni encore moins faire faire machine arrière à nos 4 Givrées de l’extrême !

Et en parlant de givre justement, sachez que vous pouvez vous aussi rejoindre ce Club des Givrées, en devenant membre et en soutenant leur projet, pour cela rien de plus simple que de cliquer sur l’image ci-dessous et de suivre les instructions :

copc2

 

Plus de renseignements sur leur odyssée sur www.capopascap.com 

logo

07Rendez-vous maintenant en janvier 2015…

Crédits photos : ©Céline Hamelin Photography / ©Cap ô pas Cap

 Teaser Cap ô pas Cap