XLMag soufflait sa 1ère bougie lorsque Jordan Oueslati décida de quitter son île natale pour venir s’installer dans les Landes, nous avions alors de suite accroché avec ce jeune Guadeloupéen hyper doué, très aérien mais surtout doté d’un capital sympathie au taquet. Bref nous ne pouvions pas aujourd’hui ne pas vous en dire un peu plus sur ce jeune surfeur devenu un jeune prof de surf plein d’avenir…

IMG_5144

Jordan, son sourire, sa board, what else ?

 

#1 Salut Jordan, je te laisse te présenter rapidement à nos lecteurs, j’ai vu qu’au fond à droite y’en a deux qui ne te connaissent pas encore, oui vous deux là !
Bonjour, je m’appelle Jordan Oueslati et j’ai 20 ans. Je suis né le 1er décembre 1993 en Guadeloupe, j’ai grandit là-bas et j’y ai passé toute mon enfance. J’ai commencé le surf à l’âge de 9 ans et aujourd’hui, je vis sur Capbreton où je travaille depuis 2 ans comme prof de surf au sein du Capbreton Surf Club.

#2 Pour un de tes anniversaires, tu as reçu un cadeau un peu spécial, qui depuis ne te quitte plus, raconte-nous ça stp.

En fait avant mes 9 ans je n’avais jamais pensé à faire du surf. Nous étions une bande de copains qui faisait du skate ou du foot sur la marina de Saint François en Guadeloupe, de tout mais pas de surf. Mais tous les jours, nous passions devant ce club de surf et nous disions poliment bonjour au professeur, Loïc Baur. Puis à l’âge de 7 ou 8 ans un de mes potes, Aymeric Nicaudie, s’est inscrit dans ce fameux club de Surf de Saint François puis un autre, Valentin Landes, puis encore Louis Breton et Meelan Terruella, je ne rappelle plus dans quel ordre exactement, mais petit à petit toute la bande en faisait partie…sauf moi.

Alors oui, le jour de mes 9 ans, Loïc Baur m’a proposé de venir faire un cours de surf gratuitement avec mes potes, je m’en rappelle encore, un carnage ! Ce n’était assurément pas fait pour moi, mais, pourtant le fait d’être dans l’eau avec mes potes m’a donné envie de continuer, histoire aussi de ne pas faire bande à part. Ainsi le jour même, j’étais inscrit au club. Loïc Baur était un excellent professeur, il m’a poussé pour que je continue, il croyait en moi plus que moi-même. Il m’a entraîné dur, je me suis motivé pour pouvoir devenir plus fort et finalement à l’âge de 13 ans je suis rentré au Pôle Espoir de Guadeloupe avec  Muriel Pitteloud et Fréderic Djafri.

 

#3 A peine 2 ans après, tu faisais tes 1ères compéts, et à partir de là ça a été victoires sur victoires c’est ça ?

En effet, j’ai commencé les compétitions très rapidement. Au début c’était surtout pour moi un moyen de passer la journée avec tout le monde, puis j’ai fais champion de Guadeloupe, champion des Coupes de Guadeloupe en 2007, 2009, 2010 et 2011, j’ai vite pris goût à la compétition. Ma dernière année junior fut la meilleure, j’ai fait champion de Guadeloupe en surf Espoir, surf Open, longboard Espoir et longboard Open et 3 mois après je remportais la Pan American.

 

Jordan , plutôt doué dans les manoeuvres aériennes
1265455_670363859648258_363244320_o
IMG_2677

#4 Tu es venu en métropole passer ton BP pour être prof de surf, ce qui a également été une réussite, parle-nous de ta rencontre avec le Capbreton Surf Club avec lequel tu travailles aujourd’hui.

Oui je suis arrivé a Capbreton il y a maintenant 2 ans pour pouvoir passer mon BP, cela s’est super bien passé. J’ai eu la chance d’être aidé par un des meilleurs club de France : le Capbreton Surf Club, mais surtout par Yann Martin qui m’a appris énormément de choses sur le métier et m’a beaucoup épaulé pendant cette formation. Sans oublier Corinne Creton qui m’a aidé elle aussi et qui m’aide encore aujourd’hui pour mes papiers, l’organisation…un peu pour tout en fait ! Grâce à eux j’ai pu m’intégrer et passer mon BP sans aucun problème. Aujourd’hui je travaille avec le CSC en tant que salarié, ce qui est une chance ici. A mon entrée au BP, j’avais signé un contrat d’avenir de 3 ans, ce qui me permet de travailler toute l’année.

IMG_0077

Prof de surf, plus qu’un métier, une passion pour Jordan

#5 Ton souhait c’est de revenir bosser chez toi en Guadeloupe c’est ça ?

Plus le temps passe et plus je doute de retourner travailler en Guadeloupe en fait, mes projets avant le BP était effectivement de le passer puis de rentrer en Guadeloupe bosser, mais ça fait 2 ans déjà que je suis ici et le doute s’installe. Donc non je ne sais pas, j’ai eu des propositions en Guadeloupe comme ici donc, aujourd’hui je ne peux pas me prononcer sur mon futur, nous verrons bien à la fin de mon contrat d’avenir. Cependant mon rêve serait de bosser 6 mois en France et 6 mois en Guadeloupe.

 

…Ce qu’il me manque de mon île ? D’abord la chose qui compte le plus pour moi : ma famille ! Jordan Oueslati

 

#6 Qu’est-ce qu’il te manque de ton île, et qu’est-ce qu’il te manquera des Landes quand tu retourneras aux pays ?

Ce qu’il me manque de mon île ? D’abord la chose qui compte le plus pour moi : ma famille ! A 8000 km c’est compliqué de se voir mais bon j’ai la chance de rentrer tous les ans en Guadeloupe et avec toutes les nouvelles technologies je peux voir et entendre ma famille quand j’en ai besoin, donc c’est vraiment super. Ce qu’il me manquera des Landes ? Les personnes qui m’ont aidé et les bonnes vagues d’ici je pense, surtout quand tu vois le soleil et les vagues qu’on vient d’avoir, ça fait rêver…Bon ok par contre ça s’est gâté depuis.

 

#7 Et qu’en est-il aujourd’hui du longboard ? Car rappelons-le, tu as été également champion de France en 2012.

Après mes 1ers titres en Guadeloupe, j’ai fait vice champion de France de longboard en 2012, c’est vrai, pourtant le longboard, je n’ai jamais réellement commencé à en faire… J’en faisais uniquement pendant les compétitions en Guada, c’est à dire maximum 10 fois dans l’année, tout ça parce qu’il n’y avait plus personne en longboard Espoir et que tous les ans il y avait donc une place de libre pour les championnats de France.

339914_284302541587727_1226655123_o

Champion de Guadeloupe et vice champion de France de longboard, et le tout presque en dilétante

 

#8 Tu as déjà pas mal voyagé, mais quelle destination pourrait te faire encore vibrer à l’heure actuelle ?

Oui en effet j’ai déjà fais pas mal de trips comme le Brésil, la Barbade, Saint Martin, Saint Barth, le Costa Rica, l’Indonésie, les Canaries, le Portugal, l’Espagne, etc .. Mais celui qui m’a le plus marqué et que j’aimerais refaire plus souvent c’est les îles Mentawai en Indonésie. Ce sont vraiment des conditions de rêve, avec personne à l’eau. Surtout à Macaroni, moi qui suis goofy, la vague était incroyable à surfer. Sinon là comme  ça, une destination qui me vibrer et que j’aimerais tester, je dirais Tahiti..

10752824_891424467542195_946782636_o

Oui je sais c’est cruel de vous montrer de telles images à cette époque de l’année..

 

#9 Je sais que tu surfes quasiment tous les jours, mais bon les jours off, comment les occupes-tu ?

Je surfe le plus possible, presque tous les jours en fait quand les conditions me le permettent. J’aime le surf et j’en ai besoin, si je ne surfe pas je suis sur les nerfs alors j’essaie d’aller à l’eau dès que je le peux, même 30 minutes ça me fait du bien. En bref dès que j’ai du temps libre je file surfer, y’a pas vraiment de jour off pour moi, en gros si je ne surfe pas je fais quelques entraînements physiques histoire de rester toujours à 100%.

 

#10 Merci Jordan, je vais te laisser le mot de la fin et te souhaiter le meilleur pour la suite de ta carrière !

Un grand merci à XLMag, à Jeff Ruiz plus précisément, je remercie également mes parents qui m’ont aidé à arriver jusqu’ici, que ce soit sportivement comme professionnellement, à ma copine qui passe des heures et des heures sur la plage (même si ce n’est pas pour lui déplaire) et à mes sponsors : Swop Surf Board (qui me suit presque depuis le début) et Body Glove, et merci à tous mes potes qui sont là pour me faire bien rigoler. « Wa konnet et fossbazot »

10003797_756742557677054_1551600044_o

Crédits :  ©Swop Surfboard / ©TMurphy Photography /©Jeff Ruiz (toute reproduction ou utilisation d’images sans autorisation est strictement interdite) 

Vidéo : ©Max Ciccia

Et n’oubliez pas vous avez la possibilité, depuis cette nouvelle version du site de faire un don à XLMag, via Paypal ou cartes bancaires, afin de nous aider à rester le plus longtemps fonctionnel et apte à suivre tous vos  événements préférés du 40. Sachez que depuis 2011 XLMag est une asso de bénévoles ne recevant aucune subvention et fonctionnant sur son propre temps libre afin de rendre le votre plus fun ! 

Merci à tous !