Il y a 10 jours pile poil Noa célébrait ses 11 ans, pour l’occasion nous avons voulu en savoir plus sur le Champion des Landes Benjamins 2014, quels étaient ses objectifs pour 2015, effectuer un flashback sur ses nombreux surf trip et ses bons résultats en Californie, ses passions, sa relation privilégiée avec son père, bref, nous avons voulu tout savoir sur le jeune Dupouy prêt désormais à devenir un très grand !

1939700_10152279461929797_927256452_n_DxO

On vous présente la frimousse de Noa, jamais trop éloignée d’un bon p’tit barrel

Salut Noa, bon anniversaire ! Alors ça nous fait quel âge ?

Merci, je viens de faire 11 ans  !

 

T’as eu quoi comme cadeau ?

Des livres, ballons, vêtements, skate, j ai été gâté par tous mes amis !

 

Bon passons au vif du sujet, peux-tu stp te présenter un peu plus dans le détail pour nos lecteurs ?

Je vis a Mimizan, j ‘ai commencé le surf avec papa tout petit mais j’ai vraiment commencé à adorer ça quand j’ai eu ma première planche vers 7 ans. J’ai alors fait ma 1ère compétition, le Pitchoun Tour organisé par Arnaud Darrigade. Je me suis éclaté et depuis le surf est devenu mon sport, ma passion… J’ai grandi une partie de l’année à la plage et l’autre à la montagne, Val Thorens, j’ai donc très vite snowboardé avec papa, c’est son métier ! Il adore les big airs et m’a très vite appris des tricks, il y a aussi des mégas trampolines là-bas et tous les soirs on se faisait des sessions de fou avec les copains… Chaque hiver mes parents essayent de m’amener rider, ça me manque vraiment des fois. Puis, il y a le skate également, c’est mon autre passion. Je peux avoir autant envie de surfer que de skater ! Quand on choisi une destination surf l’hiver, on prend toujours le skate avec nous. A la maison j’ai aussi une rampe… Ces trois sports sont pour moi très proches, je veux continuer à tous les pratiquer, je pense que ma façon de surfer vient de cet esprit freestyle que l’on trouve dans le snow et dans le skate. J’aime aussi beaucoup nager et j’ai commencé la boxe à Hossegor avec des copains, c’est sympa.

 

Comment se retrouve t’on sponsorisé par une aussi grande marque que Quiksilver aussi jeune ?

J’avais 8 ans à l’époque, Arnaud Darrigade m’entraînait et m’a présenté à Thomas Portet qui s’occupait du jeune team de chez Quik. Depuis ils continuent de m’aider pour que je puisse surfer dans de bonnes conditions, surtout l’hiver.

DSC_951

Le surf de Noa est devenu explosif et radical

Un mot sur ton entourage, en plus de papa qui est présent ? Il y a du très lourd pour un kid je crois, Belly etc… 

Oui il y a du monde, Belly s’occupe en effet de mes planches et des accessoires, pads, leash, il me conseille dans les choix des voyages et pour ma scolarité. Miky Picon lui et plus présent pour m’amener surfer, venir sur des compétitions, s’occuper du matos, des voyages, il est très proche et toujours super gentil avec moi, je l’adore !! Ensuite il y a Arnaud Darrigade, Didier Piter, toute l’équipe du Capbreton Surf Club, Yann Martin, Benjamin Pilon, Jordan Oueslati et maintenant Rudy Maréchal avec qui j’ai beaucoup surfé en Californie et qui m’a boosté pour poser mon 1er air reverse l’année dernière, tic tac tic tac, le défi était de le poser avant mes 10 ans…

Depuis l’été dernier Vincent Duvignac me coache également, il est vraiment incroyable et repère pleins de détails, techniques ou matériel. Il est dingue de surf et toujours hyper motivé, c’est aussi le copain de papa.

 

Question compétitions, tu te présentes un peu comme le Andy Irons dans ta catégorie, véritable machine à gagner, raconte-nous ton palmarès.

J’ai pas vraiment de palmarès. J’ai gagné des compétitions en France celles du Pitchoun Tour, ou des Crevettes Tour également grâce auxquelles j’ai été Champion des Landes l’an dernier mais j ai raté les Aquitaines. J’ai aussi gagné un Groom Search, des VQS organisé par Volcom et la Maider Arosteguy.

 

Question pour ton papa : Comment s’explique les résultats aussi probants de Noa, gros travailleur ou juste talentueux ?

Non pas travailleur !!! C’est un mot et une démarche que l’on essaye d’éviter maintenant. On se laisse forcément prendre au jeu et très vite on ne surfe plus simplement par passion, alors hélas la métamorphose s’opère ! Les rapports changent, des conflits peuvent apparaître et on ne prend plus le même plaisir, ça devient tellement important de surfer, de s’entraîner qu’il n y a plus cette magie du début. Alors Noa surfe quand il a envie, 1 ou 2 consignes de base et il fait comme il le sens. Il surfe tellement mieux quand il part à l’eau en courant avec une grosse envie, je pense qu’il fonctionne comme cela et n’aime pas être trop forcé. Il a toujours eu une excellente compréhension de ce qui doit être réalisé sur une vague ou sur un skate, c’est son environnement depuis toujours et il fait des transferts naturellement entre toutes ces disciplines. J’essaye de le filmer de temps en temps mais j’aime surfer moi aussi et de toute façon il préfère quand je suis à l’eau avec lui, surtout quand il na pas de copain pour l’accompagner…

IMG_8728

La saison 2015 va débuter le weekend prochain au Maïder pour Noa

Après avoir un peu tout gagné dans l’hexagone tu es parti te tester aux States, raconte-nous tout !

En Californie, j’ai gagné 5 contests sur le circuit WSA et NSSA , c’était cool, surtout celle de Ocean Side où j’ai eu le meilleur score de toute la compétition, un 9,8 et un 9,5 !!! J’ai tellement eu de bonnes sensations ce jour là, il y avait tous les meilleurs et je me suis surpassé, à la sortie c’est Jake Marshall qui est venu m’accueillir et me féliciter, c’est ça l’esprit Californie, on est super bien accueilli même quand on gagne les locaux !!!

Cet hiver j’ai fais une compétition Volcom à Makaha et j’ai fini second derrière Jackson Bunch à 0,4 pts, c’était une super finale, c’est le champion national  USA et Hawaii, il est de l’année au dessus de moi et fracasse grave. J’ai eu la vague pour le battre mais j’étais trop « late » et je suis tombé au take off.. Pas grave, on s’est régalé et on a surfé Makaha à 4 !!!

Ce que je peux dire, c’est que le niveau des benjamins français vaut largement celui des Américains et ça c’est cool !!! Après battre les meilleurs, c’est possible mais faut tout donner car se sont quand même des machines de compétitions. Ils surfent toute l’année des vagues différentes dans un super climat, voyagent sur Hawaii  l’hiver et participent à des contests presque tous les weekend. J’adore vraiment faire ces compétitions à l’étranger et j’aimerai bien aller en faire en Australie…

 

Ton rêve c’est d’atteindre le Dream Tour ?

Oui !

 

Quel est ta relation avec les autres compétiteurs de ton âge ?

On s’entend très bien que ce soit en France ou à l’étranger, c’est plutôt cool entre nous même si dans l’eau on veut tous gagner.

 

On dit de toi que sur les compéts tu as un gros caractère, parfois difficile, encore un point commun avec Andy Irons, c’est de famille ?

J’ai pas mal gagné de compétitions à la suite du coup quand j’ai perdu ça ma vraiment fait mal !! Je me suis énervé et en plus ça m’a fait encore surfer moins bien !! Il faut donc apprendre à perdre, ce n’est pas facile je l’avoue !! Là encore à Makaha, je voulais vraiment gagner et j’étais super déçu d’être passé si près mais ce coup si je n’étais pas abattu..

IMG_2119

En compét, la rivalité entre potes ne dure que le temps de la série

IMG_2461

Un papa omniprésent pour une relation privilégiée

DSC_067

Skate et surf, indissociables et complémentaires pour Noa

Parle-nous un peu de ta relation avec papa ?

On est souvent ensemble, il pratique les mêmes sports que moi. Il est passionné ! J’aime qu’il soit là tout le temps, pour les compétitions ou pour surfer. Dès que c’est vraiment gros ou compliqué, il est là dans l’eau et me met en confiance, il ne prend pas de vagues mais veille sur moi. Cet hiver, il m’a laissé sortir à Pipe des gros jours sans lui, il était sur la plage, tout s’est super bien passé et j’ai réussi à prendre quelques bonnes vagues. Il était fier de moi et m’a dit que j’avais franchi une étape très importante. Depuis 3 ans, on part que tous les 2 en voyages, maman elle, n’est pas là car elle bosse, du coup on fait tout ensemble, surfer, manger, dormir et le travail scolaire aussi. On est très proche ! Depuis cette année, je lui demande de moins me coacher depuis le bord et de venir tout simplement surfer avec moi,  je préfère et lui aussi. Son métier c’est de coacher en surf comme en snow mais je sais qu’il apprécie, comme moi, rider tout simplement. On est des fois comme des copains, il fait pleins d’efforts pour que je sois le plus souvent avec d’autres jeunes, surtout en voyage, il sait que ça me fait plaisir. On s’aime beaucoup et des fois c’est bizarre quand on est loin l’un de l’autre.

Mais maman me manque beaucoup également, c’est pas facile et j’aimerais qu’elle soit tout le temps avec moi en voyage…

 

Tu pratiques snow, skate, est-ce que cela t’aide dans ton surf ?

A fond, objectif rodéo back 720 ° sur une vague !!!

 

Quel surfer t’inspire le plus ?

Médina

 

Assez parlé compétition, raconte-nous stp un peu tes différents voyages et rencontres.

Il y en a déjà pas mal !! Les Maldives ont été ma 1ère destination eau chaude, vagues de reef, j’y suis retourné 2 fois et j’adore cet endroit. Les maldiviens de l île de Cokes sont adorables et après le surf, je jouais au foot avec l’équipe des grands, c’était top. Niveau vagues, ça peut être la perfection mais les conditions sont changeantes, dans l’eau, surtout à Chicken, il y a des dauphins qui surfent les vagues, incroyable. Me tarde d’y retourner autant pour le surf que pour mes amis et aussi pour jouer au foot.

Je suis allé en Polynésie chez nos amis les Echeyenne, Jean-Luc le copain de papa est un grand rameur et il m’a fait essayer la pirogue… Sa fille Naumi est au sport étude surf à Tahiti et elle fracasse, elle va venir cet été. Là-bas c’est magique, mon endroit préféré, on peut tout le temps s’amuser dans le lagon, les vagues sont parfaites et j’ai de bons amis qui m’attendent et me demandent toujours quand je vais revenir. Il me tarde. j’ai progressé et je pense que je pourrai plus profiter des conditions parfaites maintenant…

Je suis également parti plusieurs fois à Hawaii, on a commencé par Kawaii, j’avais 8 ans et l’endroit était parfait car même quand c’est trop gros tu peux surfer à l’intérieur de la baie de Hanalei.. Il y a plein de jeunes avec un super niveau et aussi un groupe de filles qui fracasse, elles sont super sympas !! On vivait dans une chambre pourrie derrière la maison des oncles Iron, il y avait même un rat qui se baladait, on a tenu les 3 semaines, ce fut quand même une super expérience. Le North Shore de Kawaii est superbe et il y a aussi de bons spots à découvrir.

Cela fait maintenant 3 ans que je vais en février à Oahu, j’adore !!! D’abord, tu peux surfer et skater. Il ont amélioré le skatepark, c’est grave. Ensuite il y a des vagues différentes sur toute l île. Dès que les conditions sont bonnes je me jette à PIPE, c’est juste devant la maison Quiksilver, alors je ne rate rien… Cette année on a eu moins de chance et ça n’a pas marché aussi souvent que l’an dernier mais j’ai quand même eu de bonnes sessions. On a eu Sunset aussi, c’était parfait car cette année j’avais des planches spéciales pour les grosses vagues. On a eu une session où il y avait 10 pieds +, tout ce passait bien, je suis parti tout seul sur une grosse qui a décalé, trop content mais à la fin de la session un très gros set est rentré, on était trop dedans et tout le monde a ramé vers l’extérieur pour dégager mais la première nous a cassé devant et un mec a lâché son gun sur moi. Je me suis protégé, ça m’a tapé à la tête et aussi à la main, j’ai eu mal mais rien de grave, le plus flippant, c’est que je me suis retrouvé entouré avec son leash avec les vagues suivantes qui arrivaient. J’ai eu très peur !! La suivante nous a explosé devant, je suis resté cool et je faisais juste attention de ne pas prendre ma planche ou celle du mec sur la tête. Quand on a refait surface, j’ai tout de suite vu que les autres vagues n’allaient pas nous arriver dessus et je me suis calmé. J’étais préparé à bouffer ce jour là mais je n’avais pas pensé à ça. Papa m’a rejoint tout de suite, il ma dit que j’avais eu le bon reflex de ne pas batailler et de rester concentré sur la trajectoire des boards… Je lui ai dit que je voulais pas terminer la session comme ça et on est retourné choper une bonne dernière. Le mec ne s’est pas excusé et c’est un Hawaiien qui lui a expliqué que ce qu’il venait de faire était super dangereux !!

IMG_185

Les voyages forment la jeunesse et la jeunesse s’en sert comme ça !

air-rock

Noa s’est senti poussé des ailes à Rocky

On a aussi eu de supers vagues à  VLand ou Rocky, cette année les conditions changeaient tout le temps, on a donc essayé de trouver les bons spots, l’île est superbe et il y a toujours un endroit qui marche bien.

J’ai pas mal de copain là-bas, dans l’eau ou au skatepark, mon meilleur ami c’est Kalani Rivero, et je suis aussi souvent avec Noha Beschen et Makana Ping, ils sont tous très cool !

La Californie est également un endroit où j’aime aller, les vagues sont plus faciles que sur Oahu et tu peux lâcher des airs tout le temps, là aussi il y’a des skateparks partout, c’est génial !!! Il y a des compétitions tout le temps et tu peux y participer. J’ai pas mal de copains aussi là-bas, sur San Clemente et Encinitas, ceux avec qui je suis le plus souvent c’est Niel et Jett Schilling. En Calif, le niveau est super haut et tu croises souvent des pros. Cette année on a découvert Santa Barbara, en plus maman était la cette fois, c’était génial. On a surfé RICON et Sanspit. Le 1er jour à Rincon, il y avait Dane, Bobby, Yadin, Coffin et d’autres encore, quel spectacle !!! La droite est tellement longue. Le plus cool c’est Bobby Martinez, il est venu nous parler, nous a montré le meilleur endroit pour aller au pic facilement et donné une super vague de série, la classe !!! En plus il fracasse tellement..

En juin, je suis reparti 15 jours en Indo, c’était un trip assez court, on s’est décidé au dernier moment car on voulait être sûr d’avoir des vagues, on avait 3 destinations possibles, Californie, Maldives et finalement c’est Bali qui a reçu le meilleur swell. J’étais trop content car je n’étais jamais encore allez là-bas et Kyllian et Justin m’ont fait rêver avec les vagues qu ils y ont surfé. On n’avait pas trop le temps de bouger sur d’autres îles, on a donc poser les valises à Bingin dans un warung que Sancho nous avait conseillé. Bingin c’est un bijou, à marée basse ça tube et avec plus d’eau tu peux tout faire sur la vague. Il y a beaucoup de monde à l’eau et les locaux ne laissent rien sauf au petit jeunes, une chance pour moi. Avec une vague comme celle là tu progresses super vite et ta technique du tube s’améliore rapidement. Par contre c’est aussi la première fois que je tape aussi souvent le réef car à marée basse et gros coef, il n’y a plus d’eau. J’ai eu droit à pas mal de session citron vert, et ça c’est moins rigolo…

 

Quel est la journée type de Noa Dupouy ?

Je n’ai pas de journée type. Quand tu vis sur Mimizan, tu dois bouger tout le temps, soit pour trouver un bon banc de sable, soit c’est trop gros et alors tu descends plus au sud. Mais une journée parfaite, c’est une vague en forêt avec papa, Gabin, Naiel mon cousin, Duvi et mes chiens… C’est la meilleure sensation surtout quand tu reviens de Californie, la nature et le surf avec les gens que j aime.

 

Et que fais-tu quand tu ne surfes pas ?

Mes devoirs !!! J’aime jouer au foot aussi et m’amuser avec mes copains et mes copines dans ma rue…

 

Le surf c’est tout pour toi, tu sembles naturellement te diriger vers une carrière Pro, à juste titre puisque l’on peux dire que tu es un des plus gros espoir français, cependant en cas de blessure, de chute de résultats ou autres, que penses-tu faire si tu échoues dans ta quête ? 

En tout cas, pas question de laisser de côté l’école ! L’année prochaine je devrai aller au collège de Capbreton et rejoindre la section surf, il me tarde trop. Miky comme Belly, papa et maman veulent que je continue mes études et peut être que je vais aussi aller étudier en Californie. Et c’est génial parce-que moi, de toute façon j’adore l’école !!

 

C’est bientôt la reprise des compèts, c’est quoi ton futur proche ?

En avril il y a des compétitions de partout, VQS, reprise du Crevettes Tour, la Maïder… Je vais revoir tous les copains !!!

 

Quel est ton but pour cette saison ?

Gagner la finale Volcom au USA en juin..

 

Allez on termine avec le sourire, surfeur, ça aide avec les filles ?

Oui ☺

IMG_1911

Allez Noa, nous te souhaitons tout le succès que tu mérites pour cette nouvelle saison 2015, et on te retrouve très prochainement pour le Crevettes Tour de Capbreton

 

 Une Interview de Johann Mouchel pour XLMag Objectif Landes